The Subs  contact    
logo
Comment survivre dans l’univers de la club music, avec toutes ses niches et ses sous-cultures, et ses modes changeant si rapidement ? En plongeant dans l’alternatif, à la manière des avant-gardistes ? En pétant un câble et en arrêtant en même temps de faire de la musique ? En sautant d’une tendance à l’autre ? Ou en essayant de travailler de manière plus universelle et intemporelle ? Les Subs, eux, ont décidé de faire de leur troisième album un disque pop, et d’y glisser de la soul, du rétrofuturisme cinématographique à la française et des beats irrésistibles. « Hologram » est un album aux atmosphères et aux styles variés, pour lequel le groupe belge a bénéficié de la collaboration de voix internationales, établies ou underground : Colonel Abrams, Selah Sue, Jean-Pierre Castaldi, Jay Brown et Danny Greene.

Jeroen De Pessemier (David Newtron) et Wiebe Loccufier (DJ Tonic) ont parcouru le monde pendant cinq ans non stop, leurs deux précédents albums dans leurs bagages. On a pu les voir sur scène à Londres, Barcelone, Sydney, Tomorrowland, Lowlands, au Bestival et aux Eurockéennes. Notamment. Le groupe a vécu quelques changements importants, ces dernières années. En 2012, Jeroen De Pessemier, son auteur et leader, s’est installé à Londres, où il a été exposé à de nouvelles influences, comme le UK garage et le revival house. Après la sortie du deuxième album, « Decontrol », Wiebe Loccufier s’est mis à la composition de beats et, de dj, est devenu producteur. Enfin, en recrutant Hadrien Lavogez, ils comptent désormais parmi eux un authentique multi instrumentiste qui possède un sens inné de la melodie. Une toute nouvelle dynamique donc, qui a plus que jamais poussé The Subs vers un son plus pop, pour « Hologram ».

'Trapped' est une interprétation épique et ensoleillée, du hit street-smart produit par le Colonel Abrams en 1985.
Une ligne de basse qui roule, des pads mélodiques qui donnent le ton et soutiennent la voix incroyablement puissante du Colonel Abrams. Un hymne "feel good" absolu!
The Subs ont invité le légendaire chanteur americain pour ré-enregistrer ses voix. Sa visite en Belgique fût une vraie aventure. Avant que la légende ne daigne enregistrer la moindre note, il exigera un coiffeur et un styliste. 3 jours d'enregistrement et une livraison de Baileys plus tard... les voix sont enfin posées.
Il est reparti en laissant aux Subs quelques belles anecdotes. Un soir pendant le repas, Colonel Abarams a tenté de les convaincre qu'il était l'auteur du premier morceau de house : "Release the tension" un morceau qu'il a enregistré avec Boyd Jarvis en 1984. On ne sait pas si cette histoire est vraie... mais ce morceau est, quoi qu'il en soit, un vrai classique!

Autre invité international à avoir fait le détour par le studio des Subs : l’acteur français Jean-Pierre Castaldi, notamment vu à l’œuvre dans la série des « Astérix ». C’est sa voix chaude et profonde qu’on entend sur « Concorde », un titre rétrofuturiste et rythmé qui se veut à la fois une ode au miracle supersonique qu’est la technologie du 20e siècle et une chanson d’amour. Jeroen : « Jean-Pierre était dans notre studio en tant qu’acteur plus que chanteur. Il voulait savoir précisément ce que nous attendions de lui. Nous étions ses « metteurs en scène ». Et son rider prévoyait une bouteille de bon bourbon en studio (rires) ».

De profondes émotions sont mises à nu dans le dynamique « Live in a Dream » (Selah Sue) ainsi que « Fly », un titre éthéré aux accents trip hop (avec la Londonienne Jay Brown). La talentueuse Jay Brown est la sœur cadette de VV Brown. Auteure et compositrice, elle a été découverte par Jeroen dans la capitale britannique à l’occasion d’une soirée micro ouvert. C’est elle aussi que l’on entend sur « 27 », « Under My Skin », « Cling To Love », « The Hand » et « Hologram ». Jeroen : « Je venais à peine d’entrer dans ce pub et de voir Jay jouer ses morceaux à la guitare acoustique que je suis tombé sous le charme de sa voix et de ses chansons. Sur cet album, nous avons utilisé certaines de ses démos, et nous avons également écrit de nouveaux titres avec elle. » Wiebe : « Avec trois membres du groupe vivant dans différentes villes, différents pays même, tout cet album a été une question d’emails. J’envoyais mes beats à Jeroen et Hadrien, eux avaient des maquettes de chansons, en les réunissant , nos morceaux ont commencé a prendre vieJe n’ai même jamais rencontré Jay avant qu’il ne soit terminé ! Mais d’une certaine manière, cette relation longue distance a bien fonctionné pour nous. »

Elle a fonctionné, en effet, dans la mesure où « Hologram » est un album sur lequel les Subs explorent en même temps une facette ludique et une vulnérabilité qui sont neuves pour eux. Il déborde toujours d’énergie, mais la griffe dance punk et sombre de son prédécesseur a cédé la place à une vibration plus soul.

Wiebe : « Nous avons passé cinq ans à jouer fort, une musique très spécifique, et à donner des concerts très intenses. Il était temps de changer. Après nos dernières scènes, j’ai décelé dans les yeux de Jeroen la peur de la routine. S’il est une chose qu’il ne sait pas faire, c’est semblant (rires). »

Jeroen : « Je pense que c’est une progression logique que d’accorder plus d’attention à l’écriture, aux mélodies, aux sentiments et aux textes. Néanmoins, nous n’avions aucun concept du tout quand nous avons commencé à enregistrer, il y a un an. Nous n’avons suivi aucune tendance. »

Wiebe : « Nous avons absorbé beaucoup d’influences, du hip hop à la house anglaise, mais c’est toujours la musique des Subs. Nous avons pris notre temps, fait confiance à notre instinct. »

Jeroen : « Voilà pourquoi nous avons intitulé l’album « Hologram », parce que nous aimons envisager les morceaux en termes de rêves, d’idées subliminales, quasiment de révélations. »

Bref, plus jamais de nuits sauvages pour The Subs ? Rien n’est moins sûr ! « The Bottle » inclut un monologue de Danny Greene, un artiste « grime » de l’underground rencontré à Londres par Jeroen, à la fois philosophique, naïf, arrogant, hilarant et funky. Le soliloque de Danny vous expédie dans une after vers 7h00 du matin, quand la pâle lumière du jour apparaît par la fenêtre et que la folie de la nuit est encore perceptible.

C’est précisément dans cet entre-deux intriguant qu’« Hologram » a été conçu : à ce jour, c’est le disque à la fois le plus accessible et le plus expérimental des Subs.
PROCHAINES DATES
Extrait musical :  (3,5 Mo)
The Subs -Cling to Love.mp3